23 juin 2017

"Derrière la haine" de Barbara ABEL

Mon avis - 4ème de couverture -
Lecture de juin 2017


Très fort et pourtant il m'en faut beaucoup pour être impressionnée par un thriller, mais celui-ci "pfouuu" il est décapant. Il faut dire que les sujets autour de l'enfant sont toujours poignants, mais la psychose qui s'installe au fur et à mesure de la lecture est étouffante, accablante. De la haine, des mensonges, de la folie entre ces deux couples, et, deux enfants. Je fais une coupure pour ingurgiter ce récit, je reprendrais plus tard la suite avec "Après la fin". L'auteur a un don pour nous retourner l'estomac et nous laisser dans l'expectative sur la fin. Je le recommande vivement pour les amateurs certifiés grands thrillers.



4ème de couverture :

D'un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l'autre, il y a Laetitia et David.
Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge.
Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côte à côte dans une harmonie parfaite.
Jusqu'au jour du drame.
Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s'appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine...


20 juin 2017

Nouvelle à lire par Cetro - alias Cédric VETO : "La première fois"

Nouvelle écrite par Cetro sur un thème soumis par moi-même sur Facebook...
"La première fois"


"Bon, Annick, je ne suis pas fier de tout ce que j'ai fait dans ma vie, tu sais.

La première fois.

Huuuuuum, que de souvenirs agréables.

Ce sont des choses qui restent gravées à jamais, ça.

Tout ce que nous vivons ensuite me paraît conditionné par la première fois. Parce qu'il n'y en a qu'une, pour chaque chose, bien sûr (ben ouais, tronche en biais).

Je me souviens d'elle comme si elle se tenait encore face à moi.

Comme souvent, les plus belles rencontres se font de manière totalement fortuite, banale, anodine.

Je l'ai rencontrée à Amsterdam, dans l'un de ces quartiers glauques.

Froide et distante, je n'étais rien pour elle, et moi, je n'avais d'yeux que pour elle. Elle paraissait si pétillante, et à la fois si éteinte.

Ses courbes, sa si jolie robe... j'en ai perdu la tête.

Chaque semaine, je revenais avec l'espoir fou de la revoir.

Salie par les regards concupiscents des nombreux hommes fréquentant ce quartier chaud, elle ne pouvait me remarquer, me considérer autrement que tous ceux qui bavaient sur elle.

La désiraient.

Elle était si belle, elle ne pouvait rester derrière cette vitrine, vendue au plus offrant. Je ne pouvais le permettre.

Et puis un jour, je me suis enhardi, fou de désir pour elle, j'ai pénétré cette échoppe (ouais, attends un peu quand même, pour le moment, l'échoppe... putain, mais t'es insortable, toi, hein).

Je l'ai entraînée à ma suite, et j'ai couru, couru.

Deux hommes m'ont bien vite rattrapé (ouais, j'ai jamais été Usain Bolt à vrai dire, mon record au 100 mètres... c'était 25 mètres).

Ils m'ont fait comprendre qu'il me faudrait payer.

Payer? Devrais-je donc vivre une première expérience tarifée?

J'ai vidé mes poches (ouais, putain, attends, les poches, pour le moment), donné tout ce que j'avais à ces deux tortionnaires.

Puis nous nous sommes retirés dans un coin tranquille.

Ben je vais te dire, je l'ai bien décapsulée, la petite blonde.


Ma toute première bière, un truc qui ne s'oublie jamais."


La page : Cetro de A à Z

"Versus" de Luca TAHTIEAZIM

Mon avis - Extrait - 4ème de couverture
Lecture de juin 2017

J'ai trouvé bien agréable cette histoire inversée, on entre dans l'âme du tueur. Celui-ci s'adresse directement au lecteur, je dois avouer que j'ai ri avec certaines de ces discussions. Mais les scènes macabres sont bien là et la folie meurtrière emmènera le tueur à se repositionner quant à ces méfaits et celui qui le trahie. Contre sa volonté il devra chercher, dans l'abstinence de son art, à se confondre avec son Hector… Une comédie "thrillesque" bien sympa.




Extrait :

« Cinq mois que chaque seconde qui s’écoule est une torture. Je ne sais toujours pas qui est Hector et je deviens fou. C’est dur, d’être fou, croyez-moi. Je sais bien, futurs supports, que vous êtes persuadés, vous, que je le suis depuis longtemps, fou, mais vous vous fourvoyez. » (de « Versus » par Luca Tahtieazym)

4ème de couverture :

Quand on lui attribue à tort une nouvelle victime, Achille, le tueur en série que la presse a baptisé L’Artiste, comprend qu’une personne connaissant son modus operandi l’imite.
Les rôles s’inversent et il décide de mener l’enquête.
On trompe comme on tue : en se grimant et en semant les bribes d’une vie imaginaire que la proie ne suspectera pas.
Mais qui est la proie ?

19 juin 2017

"NOIR VEZERE" 4ème Edition

Rencontres du Roman Policier et de l'Imaginaire - NOIR VEZERE

22 JUILLET 2017

Sous la halle de la mairie
24260 LE BUGUE

A partir de 9h30


"Prêts à tout" de Théo LEMATTRE

Mon avis - Extrait - 4ème de couverture
Lecture de juin 2017

Une comédie romantique burlesque, l'essai dans ce style est une belle réussite pour l'auteur. Que de talent. Pria jeune femme sensible et pleine d'émotions va découvrir le bonheur, mais… et oui il y a un mais ça ne va pas être du tout cuit. Théo a su poser des chapitres attrayants, son roman se lit facilement. Une belle histoire pour se détendre, rafraichissante et drôle. Un très bon intermède pour moi entre deux romans noirs. Allez Théo tu peux continuer j'attends la suite avec impatience.




Extrait :

« Puis, son PAIN AU CHOCOLAT à la main, elle rentre chez elle, un peu épuisée… {L’auteur n’a pas dit CHOCOLATINE.} » (de « Prêts à tout » par Théo Lemattre)

4ème de couverture :

Pria enchaîne les déceptions amoureuses, et ce, depuis toujours. À chaque fois qu'elle pense avoir trouvé le bon, le sort s'acharne sur elle...

Pourquoi son nouveau patron, le multimillionnaire Wendall Winslow, intransigeant avec les autres, est-il aussi doux et affectueux avec elle ?

Que cache Valentin, son ami d'enfance devenu avocat qu'elle n'a pas revu depuis des années ?

Une soirée pour fêter son nouvel emploi, quelques verres et tout peut basculer...

En quelques jours, Pria va laisser ressurgir en elle des passions enfouies, des flammes qu'elle croyait éteintes et se laisser dévorer par le passé.

Prêts à tout, c'est une comédie romantique pleine de rebondissements, de légèreté et d'amour. Un bon vent de fraîcheur pour cet été !


18 juin 2017

"Sans raison" de Mehdy BRUNET

Mon avis - 4ème de couverture
Lecture de juin 2017

Thriller comme je les aime, un beau coup de cœur pour ce roman que j'ai gagné lors d'un concours. Là si l'on ne pose pas ses tripes avec ce récit c'est que l'on est complètement insensible. Un roman choc, des scènes insoutenables, un sujet terriblement monstrueux, un drame. Et oui bien sûr que j'aurais accompagné Josey dans son périple… jusqu'au bout… je ne sais pas!! Peut être, car ce n'est plus l'humain qui avance mais un concentré de haine… bon je n'en dis pas plus sinon je "spoile", alors je le recommande chaudement, âmes sensibles s'abstenir. Mehdi je n'ai pas beaucoup discuté avec toi lors de notre rencontre à Tulles, mais promis la prochaine fois je me rattrape ;-)



4ème de couverture :

Je suis dans cette chapelle, avec ma femme et mes deux enfants, je regarde le prêtre faire son sermon, mais aucun son ne me parvient. Je m'appelle Josey Kowalsky et en me regardant observer les cercueils de ma femme et de ma fille, mon père comprend. Il comprend que là, au milieu de cette chapelle, son fils est mort. Il vient d'assister, impuissant, à la naissance d'un prédateur. BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR : Né en 1974, Mehdy Brunet aime le changement : Gironde, Haute-Savoie, Genève, île de la Réunion, Lozère, la Manche, un sentiment de liberté anime sa vie. Agent de maîtrise dans l'industrie technologique, ce n'est que très tard qu'il découvre sa passion pour l'écriture. Au fil des mots, une facette méconnue de sa personnalité va poindre à l'ombre de sa plume. Avec « Sans raison... » il signe un premier roman réussi, un thriller aussi dramatique que haletant.